Voyage à l'orphelinat de filles en Août 2011

Dès mon arrivée à Pondichéry, je téléphone à Alice Thomas. Aussitôt celle-ci vient me chercher pour que je l'accompagne à sa visite journalière aux orphelinats de filles et de garçons. La voiture de Maran est en panne et c'est donc dans le rickshaw de Paul, un ancien pensionnaire de l'orphelinat de garçons, que nous allons dans le charmant village où Alice loge les filles. Village calme au milieu des rizières et partout les yeux rieurs et les sourires sur les chemins.

 

L'orphelinat de filles est dans une ancienne maison traditionnelle indienne avec un patio, rempli de plantes vertes, des piliers de bois, un toit de vielles tuiles. Dès que nous avons passé la porte, c'est la ruée des petites et Alice est aussitôt assaillie par les "Hello Mam'". Je fais un rapide tour du rez-de-chaussée. Que de progrès en un an : la cuisine est construite avec des plans de travail en ciment, des ustensiles neufs et, important, de solides grilles pour arrêter les tentatives chapardeuses des singes ; le patio est aménagé pour que les filles puissent s'y réunir et y travailler leurs cours ; des pièces ont été aménagées pour stocker les réserves de nourriture et l'une d'elles sert d'atelier à Maran qui est un bricoleur de talent. Au premier étage, là encore, grand changement : les chambres sont repeintes et des lits ont été achetés. Enfin, sur le toit, les travaux avancent : un réservoir va être installé et Alice a le rêve d'y construire une petite gloriette qui permettra aux filles de profiter de l'air du soir et de rêver devant ce paysage paisible. Retour au rez-de-chaussée.

 

Dans la cour, les bâtiments qui sont prévus pour les

sanitaires ont sérieusement avancé et il ne reste qu'à raccorder la pompe pour que tout soit opérationnel.Là encore, une surprise m'attend : Alice a fait construireune petite estrade pour permettreaux filles de faire des petits spectacles.Nous avons d'ail-leurs eu le bonheur d'assister à des danses indiennes (BahrataNatyam)

exécutées avec grâce et bonheur par les petites. Et pendant ce temps, Alice, tout sourire au milieu des gamines, les écoutait attentivement lui raconter leurs petites histoires de la journée.

  Le soir, Alice m'invite à diner. Repas délicieux au restaurant avec Alice, Maran et Paul, le conducteur de rickshaw qui est traité comme un fils. Atmosphère très sympathique, chaleu-reuse et amicale.

Nous parlons de l'avenir. Alice a le projet de construire un atelier de couture ouvert aux femmes du village en remerciement de l'ac-cueil que celles-ci ont fait aux orphelines à leur arrivée. Elle souhaite également faire un petit jardin potager (il y a déjà quelques lé-gumes).Alice a aussi un grand rêve : ouvrir au fond de la cour de l'orphelinat de filles une maison pour accueillir les vieilles femmes sans ressources. Belle générosité et belle vision de la solidarité.

 

Hélas, à l'heure où j'écris cet article, je viens d'apprendre que la côte de Pondichéry avait été touchée par l'ouragan Thane. Les bâtiments des deux orphelinats ont subi de gros dégâts. Les projets et rêves d'Alice devront attendre un peu. Il faut parer au plus pressé et assurer un abri et des conditions sanitaires décentes aux enfants.

 

Françoise Simonot